Chargement

Avenir

Après son exposition inaugurale, Ulysse, voyage dans une Méditerranée de légendes, l'Hôtel des expositions du Var proposera à l’hiver 2021/2022 "La table, un art français - Du XVIIe siècle à nos jours", puis "Momies, les chemins de l’éternité" pour l’été 2022 et "La fabuleuse histoire des jouets, de la Préhistoire à nos jours" durant l’hiver 2022/2023. 


"La table, un art français - Du XVIIe siècle à nos jours"

17 décembre 2021 - 6 mars 2022


Cette exposition propose au visiteur, « dîneur » contemporain, de découvrir l’évolution des usages français de la table au cours de quatre siècles, d’en comprendre les codes, les rituels et les innovations. Pierre Provoyeur, conservateur général du patrimoine, ancien sous-directeur de la politique des musées de France, et Chantal Meslin Perrier, conservatrice générale du patrimoine, ancienne directrice du musée national Adrien Dubouché de Limoges, assureront le commissariat de cette exposition, la rédaction du catalogue et la scénographie.

Ils nous dressent un premier portrait de la table française : 

“Qui commence vers 1770, époque où apparut la salle à manger, c’est-à-dire une pièce dévolue au repas, et où se développe le “service à la française”. Elle se poursuit au XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, où le progrès industriel, l’apparition du “service à la russe” et le développement du restaurant modifient les usages de la table française. Puis à partir des années 1950, alors que le service à table tend à disparaître, la table devient un lieu de création artistique.”

Pour une visite instructive et divertissante, cette exposition liera inventions, découvertes agronomiques, progrès techniques et évolution des codes sociaux. “

Une grande diversité d’objets, de matériaux, de représentations iconographiques et d’œuvres d’art ponctueront la mise en scène avec près de 600 œuvres provenant en majorité des riches collections de divers musées des Beaux-Arts, des Arts Décoratifs français pour ne citer qu’eux ou encore de particuliers comme Christofle, Bizot, David-Weill, Jund, Galerie Jacques Bailly, Clerc...”, annoncent-ils.

Objets de table réservés à un usage spécifique ou éléments de décors, tous témoigneront des manières de table ou encore de l’ambiance du repas propres à chaque époque évoquée.

“C’est ainsi que se côtoieront aussi bien des objets du quotidien, des produits issus de manufactures célèbres à l’image de Christofle, Sèvres, Limoges... et des objets créés par des artistes contemporains comme Jean Dufy, Jean Luce, René Lalique, Louis Sue et André Mare, Arman, Anne et Patrick Poirier…”précisent-ils.

L’exposition s’enrichira également par la reconstitution d’un dressoir d'orfèvrerie, de tables dressées des XVIIIe, XIXe et XXe siècles comme la spectaculaire table de la salle à manger de la Première classe à bord paquebot le “Normandie”, et d’extraits de films témoignant à travers diverses mises en scène du regard posé sur le repas par le cinéma.

L’exposition sera accompagnée d’un ensemble d’actions de médiation et de conférences permettant à chacun d’approcher le propos dans les meilleures conditions.



 


"Momies, les chemins de l'éternité"

du 10 juin au 9 octobre 2022

Symboles de la vie éternelle et sources de vénération depuis des millénaires dans de nombreuses régions du monde, les momies fascinent depuis toujours le grand public mais aussi la science, démontrant ainsi leur caractère universel. Sources majeures de grande valeur historique, scientifique et anthropologique, elles sont devenues de véritables objets d’études dédiés à la connaissance du vivant.Grâce au soutien du musée du Quai Branly-Jacques Chirac, de plusieurs autres grands musées français et étrangers et de collectionneurs, l’exposition qui leur est consacrée s’annonce inédite.

Elle entend faire découvrir par le biais d’une approche multidisciplinaire et dans un esprit pédagogique et de vulgarisation les diverses représentations des momies, leurs usages et en quoi elles sont utiles aux vivants.

“Le visiteur découvrira ainsi grâce à une scénographie élaborée dans un cadre strictement déontologique et replacé dans leur contexte culturel respectif, un rassemblement exceptionnel de momies humaines et animales très différentes d’Europe et de continents éloignés (Afrique, Amérique latine, Asie, Océanie…), de “reliques” de célèbres personnages historiques, de très nombreux objets associés aux techniques de la momification, aux pratiques funéraires, à des utilisations inattendues dans le domaine médical ou artistique, de documents iconographiques, photographies et ouvrages à caractère scientifique etc. Destinée à illustrer l’art de l'embaumement, une table d’embaumement sera également reconstituée”, annonce Philippe Charlier, commissariat de l'exposition, directeur de la recherche et de l’enseignement du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac à Paris. Médecin légiste, anatomo-pathologiste, archéo-anthropologue et paléopathologiste français. Un expert qui a aussi mené de nombreux travaux sur les restes humains anciens et les momies.

Enfin, l’exposition ne manquera pas d’évoquer la momie, source d’inspiration de la littérature d’épouvante dès le XIXe siècle puis de la culture cinématographique au XXe siècle, en proposant divers ouvrages et extraits de films à un public amateur de sensations fortes.

L’exposition sera accompagnée d’un ensemble d’actions de médiation et de conférences  permettant à chacun d’approcher le propos dans les meilleures conditions.



"La fabuleuse histoire des jouets, de la Préhistoire à nos jours"

16 décembre 2022 - 12 mars 2023

Découvrir les différents types de jouets et leur usage, de la Préhistoire à nos jours, l’exposition de l’HDE Var pour l’hiver 2022 ne manquera pas d’intérêt en cette période de fin d’année. Anne Monier historienne de l'art et conservatrice des collections modernes et contemporaines au Musée des Arts Décoratifs à Paris, en charge de la collection de jouets, en assurera le commissariat.

“Au début du XXIe siècle, le jouet est à un tournant important de son histoire : alors que les chambres d'enfants semblent sur le point de déborder, les enfants se détournent de leurs jouets de plus en plus tôt, au profit des divertissements virtuels. L'excellente santé, au lendemain du confinement, du jeu vidéo mais également du marché du jouet, pourrait annoncer une future cohabitation équilibrée entre réel et virtuel. Il s'agit donc d'un moment particulièrement propice à l'élaboration d'une histoire du jouet !”, présente l’experte. Alors qu'au cours du XXe siècle, l'enfant et les jouets sont devenus de véritables sujets d'étude (en histoire, en sciences sociales, en psychologie, etc.) notamment grâce à la création de musées qui leur sont consacrés (Museum of Childhood à Londres, Spielzeugmuseum à Nuremberg, département des jouets du Musée des Arts Décoratifs à Paris).

Cependant, "si le sujet reste rare, on peut encore raconter une histoire de l'enfance par le prisme du jouet, cet "historiographe bavard" comme l’appelle Léo Clarétie, l’un de ses premiers historiens. Le jouet suit les évolutions historiques, sociales, politiques et économiques, tout comme il reflète et inscrit la place de l'enfant dans la société. Fait culturel universel, le jeu se trouve partout et à toutes les époques, accompagné de son support le jouet”, explique-t-elle. Cette histoire fabuleuse des jouets nous sera donc contée par Anne Monier, diplômée de l'ENS et de Sciences Po Paris, lauréate de la bourse de recherche de la Studienstiftung des Abgeordnetenhauses von Berlin en 2010. Elle a été commissaire des expositions Le coffre à jouer (2015), Une histoire, encore ! 50 ans de création à l'école des loisirs (2015), Barbie (2016), L'esprit du Bauhaus (2016), Les Drôles de Petites Bêtes d'Antoon Krings (2016) au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Elle a aussi dirigé plusieurs ouvrages, comme L'esprit du Bauhaus (catalogue d'exposition, MAD, 2016), Barbie (catalogue d'exposition, MAD, 2016), Le jardin secret des drôles de petites bêtes (Gallimard Jeunesse, 2019).